^Remonter le site

Pour une Alimentation saine


Dans sa volonté de promouvoir la préservation de l’environnement associé à la sécurité alimentaire, le Gic TERRE FERTILE a amélioré les capacités des groupements de femmes, jeunes et autres entités paysannes en techniques d’agroforesterie dans le Djerem.


Pour réaliser l’objectif qu’il s’est assigné, dans le cadre de la mise en œuvre du projet d’appui à la création de surfaces d’agroforesterie chez les groupements de femmes productrices du Djerem, un atelier dit de renforcement de capacité sur les techniques de pépiniériste, le greffage et l’itinéraire technique des plants améliorés a été organisé sur 6 jours, du 06 au 11 avril 2015, au centre de promotion de la femme (CPF) de Tibati. Cette formation a connu une phase théorique d’enseignement et d’explication des différents processus suivi d’une phase pratique de descente sur le terrain où les apprenants ont eu à palper du doigt la réalité des enseignements reçus et mieux intégrer la possibilité de cette agroforesterie dans la réalité agriculturale locale. Pour Sani Ardo, une référence dans le domaine à Tibati, le projet permet de valoriser le travail des anciens. Les activités selon les participants leur ont permis d’ouvrir les yeux sur les opportunités et potentialité de ce secteur en plein essor mais encore peu vulgarisé au Cameroun. « L’agroforesterie se faisait en désordre, la formation nous a permis de savoir avec les techniciens les itinéraires techniques, l’utilisation des techniciens sur place », révèle Ahmadou Ahidjo, président plateforme des  OSC du Djerem.

agroforesteri formation

Pour assurer l’appropriation et la pérennisation du projet, durant cet atelier, un comité de promotion du fruitier a été mis en place. Dans sa feuille de route,il est question de mener la réflexion opérationnelle sur les moyens à leur portée et ceux sur lesquels les partenaires locaux peuvent les soutenir dans la promotion de l’agroforesterie. Des arguments qui poussent  Ahmadou Ahidjo à dire « La création du Codepad a permis de nous organiser et travailler ensemble ».  Le comité de développement et de promotion de l’agroforesterie du Djerem en abrégé (CODEPAD) a effectué un lobbying auprès des autorités communales et traditionnelles qui a abouti à l’octroi d’un espace de un hectare pour la mise en place de la pépinière communautaire. Cette action a permis également de mettre en lumière de moniteurs locaux qui ont adhéré et soutenu le groupe dans toutes ces étapes.

L’enthousiasme de la part des autorités et l’engouement des groupes bénéficiaires est palpable face à cette approche nouvelle pour ces populations. Gadji Paul, Délégué d’Arrondissement de l’Agriculture et du développement rural : « C’est une initiative louable. Nous sommes en carence de fruits et c’est Ngaoundéré ou Bafoussam qui nous fournissent alors, si l’on peut  le faire ici, cela va renforcer la productivité pour les GIC, les coopératives... ». En effet, le département du Djerem dont le chef-lieu est Tibati est une zone tampon qui jouit de 8 mois pleins de pluie au moins par an,  ce qui est un atout indéniable  pour ce type de projet.« L’agroforesterie constitue une opportunité économique pour nous les femmes de Tibati. Cela va amener les femmes à être indépendantes et leur permettre d’assumer les charges familiales.  La consommation des fruits va contribuer à la bonne santé des enfants et des femmes. » témoigne Doudou Pauline.

agroforesterie formation

«La semence» est mise en terre, il revient aux bénéficiaires de faire les pas décisifs suivants pour la réussite  de cette implantation dans leur localité. Le maire de la localité, Dahirou Amadou rassure d’ailleurs « Tibati est en train d’être érigé en bassin de production et nous avons monté des projets pour l’aménagement des surfaces de reboisement tout autour de la ville. ». En effet, avec la signature du contrat de bitumage de la nationale N°15 de Batchenga-Tibati, la ville va s’ouvrir à toute la sous-région pour les échanges et le commerce multiforme. Le développement de l’agroforesterie constituera une opportunité supplémentaire pour les communautés riveraines. « Nous voulons faire de Tibati un bastion du fruitier dans le septentrion camerounais. Avec l’implantation de surfaces d’agroforesterie, c’est la possibilité de mise en place des unités artisanales de transformations de fruits en plus de la vente directe des fruits dans la sous-région qui s’offre aux populations.» déclare TIOMELA Mauriane, déléguée du Gic Terre fertile.

COPYRIGT © 2013 Tous Droits réservés | Association Le Sourire