^Remonter le site

Pour une Alimentation saine


La qualité de notre bien-être est déterminé par l’état de notre colon
De nombreuses personnes se plaignent de plus en plus de souffrir de levures, d’avoir tout le temps les ballonnements quels que soient les aliments qu’ils consomment.
« J’ai les levures ! C’est la 4eme fois en 3 mois que je prends un traitement, je ne comprends plus ». Vous avez déjà entendu cette plainte chez l’un de vos proches et plus encore et dans ces cas de figures, on rejette la faute sur le médecin incompétent, le pain qui contient plus d’éléments levant que de normale ou plus, un sort qu’on nous aurait jeté. Avant de s’alarmer, il est des choses très importantes à savoir sur la flore intestinale. Tous les problèmes de « ventre » se déclinent en deux grands axes soit ils sont dus à un excès de pathogènes, à l’absence quasi-totale ou une intolérance alimentaire confirmée.
Le manque d’hygiène minimale (de son environnement immédiat : toilettes, rigoles et des personnes)  récurrent dans nos conditions tropicales, la promiscuité, le faible accès à une eau potable favorisent la survenue des maladies liées à toutes ces carences telles les dermatoses,  les hélminthiases/parasitoses (amibiase, oxyurose, malaria, fièvre jaune,…), avec eux les bactérioses (typhoïde,tétanos, botulinisme,…), les mycoses (« les levures »,le muguet, les candidoses en particulier à Candida albicans et autres). Ce sont tous ces pathogènes qui nous donnent ces malaises : ballonnements, diarrhées, vomissements, anémie, dénutrition,…Car ils puisent les éléments de leur nutrition dans nos propres réserves et les produits de leur métabolisme sont des substances toxiques pour nous et vos provoquer les dysfonctionnements constatés.
D’un autre côté, l’absence quasi-totale de flore est causée par une médication répétitive et à outrance pas toujours justifiée. Conséquence, les microbes pathogènes et surtout utiles sont détruites en même temps et on se retrouve avec un intestin « vierge », stérile de tout germe. Tout élément qui s’y retrouve devient un danger potentiel pour nous et provoquer des irritations, des inflammations et même des intolérances. A ce moment, si la médication continue, elle va plutôt attaquer les parois intestinales et accentué le cycle de création des réactions d’inflammations et d’intolérance. Au final, ce sont des individus « du tout intolérance, tout irritation » que l’on récolte qui se plaint tout le temps. En particulier, vous pouvez souffrir de constipation rebelles, de ballonnements, de diarrhées, d'inflammations diverses, d’altération de la peau, d'instabilité d'humeur ou de maladies plus graves comme une colopathie fonctionnelle, une diarrhée sanglante ou un cancer du côlon.
Si vous tomber dans une des catégories précédentes, vous avez un intestin malpropre, c'est le risque d'une immunité déficiente. Vous souffrez alors d'une vulnérabilité plus grande aux maladies infectieuses et inflammatoires touchant les sphères digestives, respiratoires, urogénitales, etc. De plus, un côlon « malade » est aussi un facteur déclenchant de troubles émotionnels : peu de gens et même de médecins, le savent, mais ce sont les cellules de l'intestin qui produisent 80 % de la sérotonine qui se trouve dans notre corps (la sérotonine est l'hormone de la bonne humeur). D'une certaine façon, votre intestin est votre « deuxième cerveau ». Vous devez donc en prendre le plus grand soin.


Entretenir votre tube digestif
On vous fera un peu partout des offres plus ou moins honnêtes pour des produits visant à nettoyer votre tube digestif. Mais votre intestin n'est ni une cheminée qu'on ramone, ni une tuyauterie qu'on débouche avec du « Déstop ». C'est en fait, à la fois plus subtil, mais aussi beaucoup plus simple.
Normalement, vous ne devriez rien avoir à faire. Dame Nature a tout prévu : une armée de milliers de milliards de microorganismes qui peuplent votre côlon (la dernière partie de l'intestin, juste avant le rectum) et qui, nuit et jour, le protègent, le nettoient, et empêchent les bactéries et levures nuisibles de se développer, en occupant la place. Ces microbes sont en très grand nombre, c’est-à-dire cent fois plus nombreux que les cellules de votre corps, soit 100 000 milliards!.
Cette armée immense s'appelle la « flore intestinale » ou le « microbiote ». Le mot « flore » peut surprendre pour un endroit pareil, mais c'est une référence au grand nombre d'espèces de bactéries et de levures (au moins 200 espèces) qui cohabitent, comme dans un jardin botanique. Cet ensemble nous est aussi personnel que nos empreintes digitales. Il ne tient qu'à vous d'entretenir ce jardin, de le réensemencer régulièrement, d'éliminer les mauvaises herbes, de lui apporter de l'engrais... ou alors de le laisser à l'abandon. Dans ce second cas, le joli parc peut vite se transformer en affreux dépotoir nauséabond, refuge d'espèces nuisibles qui déclenchent des maladies. 


Les mauvaises odeurs ne sont pas normales
La principale fonction de votre côlon est de fermenter les aliments incomplètement digérés pour en extraire les derniers nutriments et les faire passer dans le sang. Lorsque votre côlon est sain et qu'il fonctionne bien, il ne laisse que des déchets inutilisables qui sont évacués régulièrement, et ne dégagent pas de mauvaise odeur. Par contre, en présence de bactéries et de levures nuisibles, le transit est perturbé, entraînant constipation ou diarrhée et les résidus alimentaires deviennent malodorants. De plus, lorsqu’une mauvaise digestion s’installe, en plus d'être désagréable en soi, elle empêche votre corps d'extraire les nutriments de votre nourriture de façon optimale. Si vous ne faites rien, des déficits nutritionnels, voire des carences, peuvent s'installer.
Certaines espèces sont opportunistes ou pathogènes : elles sont susceptibles de déclencher des problèmes de santé de tous ordres, dont les allergies, les mycoses et même certaines maladies. Parmi les mycoses, la candidose provoquée par Candida albicans est redoutable car la prolifération de ce germe dans l’organisme provoque une altération de l’immunité qui ouvre la porte à d’autres affections dont le cancer. Cette flore nuisible produit aussi du gaz carbonique, du méthane et de l'hydrogène en abondance. Tant et si bien que lorsque vous laissez la situation s'installer, ces germes vont proliférer jusqu'à provoquer des poches de gaz tout au long de votre côlon, jusqu’à ce que vous ayez l'impression qu’il va exploser. Les flatulences et les ballonnements n'ont rien de drôles. Ils indiquent que votre nourriture est mal digérée et que votre côlon a besoin d'aide. Ce cercle vicieux est déclenché par le manque de bonnes bactéries, favorables à la digestion. Et c'est là que j'en reviens à la prise en charge de votre colon.

 

flore1     flore2

COPYRIGT © 2013 Tous Droits réservés | Association Le Sourire