^Remonter le site

Pour une Alimentation saine


Elles sont venues nombreuses pour le plaidoyer en faveur de l’accouchement dans les formations sanitaires mais c’est une nouvelle conscience de leur profession qu’elles ont reçu.

 

lesourire-activites

 

Faire un plaidoyer en faveur de l’accouchement dans les formations sanitaires, c’est facile à annoncer mais pas tant que ça à défendre dans une communauté om les naissances à la maison sont encore légion. Les arguments présentés étaient nombreux desquels voici les plus pertinents :

 

Les accoucheuses traditionnelles, les matrones, connaissent en général toutes les femmes enceintes de leur rayon d’habitation car c’est chez elles que ces femmes viennent prendre conseils pour le déroulement de leur grossesse.

 

Les matrones en envoyant ou en accompagnant les femmes enceintes en CPN, profitent pour connaitre l’état de santé réelle de leur cliente, c’est-à-dire si elle a le VIH ou pas, les maladies vénériennes ou pas, l’hépatite ou pas. Cela permet de mutuellement préserver leur santé au cas où la femme viendrait à accoucher à la maison car dans ces cas les mesures élémentaires d’hygiène ne sont pas toujours respectées (pas de gants, de solution de désinfection, etc).

 

Les matrones ont besoin de savoir le statut sérologique de leur cliente car beaucoup de choses ont changé dans la santé aujourd’hui et elles même doivent être les premières informées pour préserver leur propre santé à elles les accoucheuses. Elles ne devront pas porter la mort, la maladie en voulant aider à donner la vie.

 

En termes de rémunération, lorsqu’elles effectuent un accouchement, à la fin, la famille leur donne quelques morceaux de savon ou un pagne souvent ou un peu d’argent (de 1000 à 3000 F CFA au plus). C’est à peu près le même montant qui leur est proposé, c’est-à-dire 3000 F CFA, dans le PBF et cela sans être exposé au moindre risque pour sa santé.

 

L’hôpital a de meilleurs moyens aujourd’hui pour prendre en charge la femme qui est en travail surtout quand les complications surviennent.

 

Etre partenaires des formations sanitaires est un partenariat gagnant-gagnant de nos jours. On a les femmes qui sont suivies de bout en bout pour l’évolution de leur grossesse (examens, PTME, TPI, etc) et des matrones qui ne courent aucun risque avec leur santé et conservent le prestige et l’autorité d’être celles qui accompagnent les femmes à l’hôpital.

COPYRIGT © 2013 Tous Droits réservés | Association Le Sourire