^Remonter le site

Pour une Alimentation saine


Entre traditions rétrogrades et préservation de la féminité
« Mes seins avaient été massés ». Ceci est une phrase anodine d’antan car masser la poitrine d’une jeune fille était chose normale.

seins

Cette pratique se fait à l’aide de pierres ou de pilons portés à hautes température qu’on dépose sur la surface des seins. Cela se faisait alors pour éviter que les seins naissant des adolescentes ne pointent sous l’habit pour exciter la convoitise des hommes et que ces innocentes soient détournées, enceintées ou déviergées avant le mariage. Cette pratique voulue dans le but de préserver la jeune fille a pourtant d’importantes conséquences sur sa vie de femme.
En fait, à la fin de la puberté, le sein est un organe encore incomplet, constitué d'un réseau de canaux galactophores (qui produiront du lait) drainant des bourgeons épithéliaux non fonctionnels. Or avec le repassage des seins, pendant que les canaux sécréteurs de lait sont encore en cours de formation, ils sont traumatisés par le chauffage, la pression du massage et de la compression des bandes mises pour serrer la poitrine. Cette chaleur à répétition fait que la peau des seins s’étire, flétrit et allonge le sein qui a une présentation peu esthétique au regard. Le massage occasionne l’écrasement des cellules et tissus graisseux de soutien du sein qui se désorganise et chute. Plutard, elle pourra développer des difficultés à allaiter,  une production insuffisante ou une absence totale de sécrétion lactée sans problèmes physiques apparents.
Outre cela, aujourd’hui il y a une  évolution des unions vers la monogamie, ce qui fait que la seule femme porte sur ses épaules la charge d’entretenir l’attention du conjoint de ses attraits physiques mais aussi, un accent plus important est mis sur l’aspect esthétique, la présentation de la personne. Une femme qui se sent diminuée par l’aspect de sa poitrine, atout premier d’une féminité triomphante, va manquer d’assurance et est peu encline à un épanouissement complet. Il peut au contraire se créer des femmes frustrées, envieuses des atouts des autres, qui seront promptes à leur faire du mal pour évacuer leur haine.
Il est plus que temps de faire comprendre aux conservateurs de ce type de pratiques les conséquences de leurs actes sur leurs enfants et de laisser plus de place au dialogue, à l’éducation de la jeune qui pourra prendre va vie en mains et être un acteur averti de sa sexualité.  

 


                   

COPYRIGT © 2013 Tous Droits réservés | Association Le Sourire